Accueil > Itinérances réalisées > 2005-2008 > 2008 - Le MAROC en 2008 > Journal de bord > Azrou, 7 octobre

Azrou, 7 octobre

mardi 7 octobre 2008, par Marc

Courriel du 7 octobre, Azrou

Arrivés à Azrou, nous avons commencé à visiter la ville avec son souk, ensuite, nous avons pris le bus pour aller visiter la forêt de Cèdres du Moyen- Atlas où nous avons aperçu quelques singes magots ; nous les avons nourri, charmé par leur regard, malgré l’interdiction.

Après avoir pique-niqué dans cette forêt, nous avons entamé une longue promenade ponctuée de merveilleuses vues. De retour en ville, après avoir longuement marchandé avec les commerçants, nous avons été accueilli dans la maison de famille de Khalid, notre guide du jour, qui nous a offert un tajine de bœuf et de coings en guise de repas accompagné de fruits.
Prochaine étape : Moulay Idriss …

<retour15>

Voir en ligne : Azrou, 7 octobre

Portfolio

11 Messages

  • Azrou, 7 octobre Le 8 octobre 2008 à 07:31

    Un petit bonjour du Périgord, ici il fait super chaud...Bon, je vois que vous n’avez pas le temps de vous ennuyer. On pense bien à vous tous.
    Ps : Le fait d’avoir loic r. , n’est-il pas trop handicapant pour le groupe ?
    (c pour rire loic )
    a+
    olivier rouzier

    Répondre à ce message

  • Azrou, 7 octobre Le 8 octobre 2008 à 14:22, par MKhalid kamar animateur de montagne

    Khalid Kamar
    DAR AZROU
    112 rue zerktouni. 53100 Azrou
    GSM : (0212) 060 86 48 19

    INTRODUCTION
    Le Maroc est l’un des pays les plus originaux de la région de l’Afrique du Nord du point de vue géographique, climatique et écologique et, par voie de conséquence, parmi les plus intéressants sur le plan biologique et biogéographique. La combinaison de tous ses facteurs a été à l’origine d’une grande diversité des écosystèmes naturels qui atteignent 39 ; plaçant le Maroc au deuxième rang après la Turquie au niveau du bassin méditerranéen DEF (2003).

    Ainsi, on compte actuellement une vingtaine de lacs naturels permanents, essentiellement répartis entre deux chaînes montagneuses le Moyen Atlas et le haut Atlas. Ces plans d’eaux sont le support d’une grand biodiversité floristique et fantastiquement et favorisent des activités économiques et loisirs no négligeables dans cette région.

    I – LES POINTS FORTS DU CIRCUIT

    1. Une chaîne montagneuse :
    Au Maroc, le Moyen Atlas est une principale chaîne montagneuse de la portion septentrionale du pays. Il prend une forme allongée du Nord-Est vers le sud-ouest s’étendant sur 350 kms. Les structures géologiques et géographiques sont relativement assez homogènes et sans complexité : la partie occidentale étant tabulaire et moins élevée

    L’orientale assez plissée et jouit d’un relief plus accidenté et très élevé dans sa portion Nord-Orientale.Excepté le massif primaire du Tazakka et de quelques faciès de basaltes et de schistes, la chaîne est essentiellement calcaire ou calcarodolomique et occasionne la formation d’une quinzaine de lacs naturels. Le Moyen Atlas constitue ainsi la zone la plus arrosée au Maroc, et offre tous les étages de végétation reconnus dans la région méditerranéenne.

    Le Moyen Atlas apparaît comme une chaîne montagneuse non peuplée par l’homme. En effet, à l’exception de Taza au Nord et Khénifra au sud, seuls des petits centres urbains se sont installés à la péréphérique du massif.

    De part sa situation et les caractéristiques physiques de son milieu, la région du Moyen Atlas offre les plus importantes richesses en ressources naturelles renouvelables. Aquatiques, édaphiques, floristiques, faunistiques, forestières. En effet, il constitue le château d’eau du Maroc, dont les plus grands fleuves prennent leurs sources à partir du moyen Atlas, comme les sources d’Oum Rabia. Les sols y sont les plus évolués, les plus diversifiés et les plus riches, mais aussi, localement, parmi les plus érodés ; la flore et la faune y sont très riches, et elles comportent un grand nombre d’espèces endémiques , rares ou très remarquables ; la végétation u est très diversifiée, les phyticénoses y sont luxuriantes et offrent les plus importantes potentialités forestières du Maroc ; excepté ceux des zones arides et sahariennes, tous les types d’écosystèmes naturels marocains y sont représentés.

    Cependant, de nombreuses espèces végétales et animales ont disparu de cette région ; d’autres y sont menacées de disparition ou sont devenues très rares ; les écosystèmes naturels, en particulier les forestiers parmi eux, subissent une forte pression enthropozoogène.

    2. Faune et flore du Moyen Atlas

    Le Moyen Atlas est globalement très riche en espèces végétales et animales, en raison de la grande diversité des écosystèmes que recèle cette zone, (forêts, pré forêts, matorrals, steppes, pelouses, zones humides, sols salés). La faune et flore marocaines et méditerranéennes y sont massivement représentées au sein de ses écosystèmes naturels.
    Les plantes vasculaires endémiques y représentent un important lot de la flore marocaine de ce type.

    2.1. La flore :

    Les grands types d’écosystèmes naturels sont représentés par les phytocénoses qui sont organisées par les essences arborescentes suivantes : Cedrus atlantica (cèdre de l’Atlas) et constitue la principale attraction de la région et un véritable patrimoine naturel à l’échelle mondial. On trouve aussi quercus faginia s.l. (chêne zène). Quercus suber (chêne liège), quercus rutondifolia (chêne vert), Tetraclinis articulata (thuya de Berbérie) , juniperus thurifera (genevrier thurifère), Pinus halepensis (pin d’Alep), Pinus pinaster var, magnrebiana (pin maritime du magnreb), Xérophytes épineux. Les essences arborescentes endémiques marocains présents dans le Moyen Atlas sont : Juniperus phoenicea ; Juniperus thurifera ; Ceratonia siliqua.

    2.2. La faune :

    * Les mammifères :

    Plusieurs espèces de mammifères ont étés autres fois présentés dans le moyens Atlas, le lion de l’Atlas a disparu vers 1929, le bubale, l’oryx et l’addax ont disparu dans la première moitié de ce siècle, quant à la panthère, le guépard, la gazelle dama et le phoque et moine sont soit disparus au début de notre ère ou réduits à des populations reliques.

    Parmi les espèces qu’on retrouve couramment dans le Moyen Atlas :
    Le magot (Macaca sylvanus) : Espèce endémique de l’Afrique du nord, le magot ne se rencontre en population naturelle qu’en Algérie et au Maroc. Il affectionne deux types d’habitat : la foret de cèdre (de 1500 à2000d’altitude) et les formations végétales à base de chêne vert. Au Maroc, l’essentiel des populations de Macaca sylvanus est concentré dans le Moyen Atlas, surtout dans la cédraie d’Ifrane, le Jbel Bou Iblan, et du Jbel Bounaceur.

    A coté du Magot, plusieurs autres espèces de mammifères peuvent être rencontrées lors d’une ou dans plusieurs étapes du circuit,à savoir :
    Le sanglier (Sus Scrofa Barbarus L.) qui a une activité nocturne ; le chacal (canis aureus L.) ; la belette (Mutela nivalis) ; et Oreillard Gris (plecotus austriacus fis.).

    * Les oiseaux :

    Le Maroc par sa position à la croisée de plusieurs voies de migration de l’avifaune entre l’Europe et l’Afrique, est le pays d’Afrique du Nord le plus visité par les oiseaux. Des millions d’oiseaux migrateurs transitent par ses zones humides pour rejoindre, depuis leurs aires de reproduction, les quartiers d’hivernage en Afrique saharienne ou tropicale plus au sud. Les lacs naturels du moyen Atlas reçoivent chaque hiver des contingents plus de 6000 oiseaux répartis entre une quarantaine d’espèces, 14 espèces d’Anatidés, 3 grèbes, 4 espèces de rallidés, 18 espèces de limicoles, 4 espècesd’Ardéidésn1 espèce de Laridé ; une espèce de phoenicoptéridé et une espèce de gruidés (Franchimont et al, 1993).

    La panoplie de l’habitat des ses écosystèmes lacustres ; végétation aquatiques, eaux stagnantes, prairies humides, forêts, steppes et clairières assurent des conditions très favorables à la nidification de plusieurs espèces d’oiseaux. Ainsi, une vingtaine d’espèces d’oiseaux nidifient sur ses plans d’eau. Les plus remarquables étant :

    La Tadorne casarca (Tadorna furriginea), nicheur régulier sur quelques lacs du moyens Atlas central. Sa population totale est estimée à 2500 Tadornes selon Rose et Scott (1994) et El Agbani et al, (1996).

    La foulque à crête (fulica cristata) : Espèce de ralidés remarquable au niveau du Paléarctique occidental. Originaire d’Afrique centrale et orientale qui maintienne une population de taille moyenne qui varie entre 700 et 1000 individus, (Chillasse, L.(2000)).

    LE Grèbe à cou noir (Podiceps nigricollis) : Nicheur rare et très localisé au Maroc. Certains lacs offrent un lieu privilégié pour la nidification de grèbe comme le lac Aguelmam afenourir et Dayet Awa.

    Le Balbuzard pêcheur (Pandion haliaetus) : nicheur rare sur les eaux continentales qui commence à se faire un lieu de reproduction aux environs de certains lacs ces dernières années. Deux autres espèces endémiques d’importance internationale, nichent aux alentours immédiats des lacs, il s’agit du Pic vert de Levaillant (Picus vaillantii) et de la Rubiette de moussier (phoenicurcus phoenicurcus).

    M. Khalid Kamar
    Animateur de montagne

    Répondre à ce message

    • Azrou, 7 octobre Le 15 octobre 2008 à 18:40, par marie pierre

      merci bcp khalid pour les infos
      et encore merci pour ton acceuil tout en discrétion et sagesse !!!!
      nous avons travaillé toute la journée sur le carnet de voyage avec sebastien en esperant que le rendu sera à la hauteur de tout ce que l’on a vu et appris lors de notre séjour et que les élèves auront bien restitué leurs prises de notes !!!!
      peut etre pourrons t’envoyer un exemplaire de notre carnet de voyage !inch allah !!!!
      encore mille mercis
      marie pierre de l’encadrement

      Répondre à ce message

  • Azrou, 7 octobre Le 8 octobre 2008 à 17:24, par le verdier

    salut alain les paysages sont magnifiques agreable fin de voyagela

    Répondre à ce message

  • Px le 8 oct Le 8 octobre 2008 à 20:53

    Salut tout le monde !Génial ce système où on peut vous suivre presque pas à pas...M.Pierre et Nath, ne nous mettez pas la pression sur les bons p’tits plats...meme pas peur !!! Profitez bien de tous ces bons moments...on attend les photos ! Nath.V.

    Répondre à ce message

  • Azrou, 7 octobre Le 9 octobre 2008 à 09:40

    Aux parents qui s’inquiètent de l’heure du retour à coulounieix, nous leur répondons vers minuit au lycée. Nous espérons que la réponse convient ? bonne fin de séjour et bon retour en france. bisous. annie et christiane.

    Répondre à ce message

  • Azrou, 7 octobre Le 9 octobre 2008 à 11:04

    alors maintenant la question des parents est de savoir si le retour est vendredi ou samedi (nous on leur dit samedi alors qu’ils avaient retenu vendredi). En réalité c’est quand ???????
    Christiane Vignaud

    Répondre à ce message

  • Azrou, 7 octobre Le 9 octobre 2008 à 13:43, par Emeline G

    Et pour les parents qui vont chercher les enfants à l’aéroport à Bordeaux c’est quelle heure ?
    Un coucou à Bruno et un coucou spécial à Marie-Pierre de la part d’une ancienne volleyseuse.

    Répondre à ce message

  • Azrou, 7 octobre Le 10 octobre 2008 à 08:30

    Mme LAFAYE (mère de LAFAYE Sarah) nous informe qu’elle récupère sa fille à l’aéroport à 21H30 samedi 11 et demande de la prévenir en cas de changement d’horaire au 06.75.65.69.14
    le secrétariat

    Répondre à ce message

Répondre à cet article